Débarras d’immeuble et pilonnage

encombrantSi l’entreprise décide de ne pas déménager tout son mobilier, il lui faudra de toute façon en débarrasser les locaux de départ.

Pour cela, plusieurs solutions :

 

Le mobilier est en bon état :

Elle décide de le conserver et le fait transporter soit dans des locaux lui appartenant, soit chez un garde-meuble.

Le mobilier n’est pas en bon état, elle recourt soit :

– à un «broker», c’est un spécialiste du rachat du mobilier d’occasion qui s’intéressera soit à ce qui est revendable, soit à ce qui a une valeur marchande (au poids par exemple pour le mobilier en métal), mais pas à ce qui n’a pas de valeur ou qui est cassé.

– à son déménageur qui emportera au pilon tout le mobilier et le matériel.

L’entreprise sera donc facturée d’un coût de transport et d’un coût de pilon (calculés à la tonne). Dans ce cas, il ne faut pas oublier de réclamer la liste du mobilier pilonné et le certificat de destruction pour sortie du matériel des immobilisations de l’entreprise.

– à des organisations caritatives (Emmaüs par exemple), qui pourront s’y intéresser si les délais sont suffisamment longs pour qu’ils puissent assurer l’indispensable logistique. Attention, ce qui est gratuit s’apparente à un service. Il n’existe pas d’obligations contractuelles, et vous pouvez vous retrouver éventuellement piégés par des délais de libération d’immeubles.

– à une vente (ou dons) aux salariés de l’entreprise. Ce type d’opérations a une excellente presse dans les entreprises, mais présente des inconvénients majeurs. Les personnes n’ayant pas d’organisation logistique fiable pour transporter le mobilier cédé peuvent générer des retards de libération des surfaces.

 

Vous déménagez, vous réimplantez vos locaux

ADICI met à votre disposition ses outils et ses méthodes spécifiquement développés pour ces projets :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *