Panneaux photovoltaïques

Panneaux photovoltaïquesDans le cadre du projet

Pourquoi s’équiper ?

Que ce soit afin de réduire sa facture EDF, par respect pour l’environnement en utilisant une énergie propre, pour diversifier les revenus de l’entreprise ou encore pour améliorer l’image de l’entreprise les panneaux photovoltaïques sont une alternative à l’électricité distribuée par le réseau électrique standard qui peut être rentable pour l’entreprise à moyen et long terme voire court terme si elle est prête à y mettre le prix.

Choix techniques :

Il existe 3 sortes d’installations :

 

  • Site isolé : la production est entièrement conservée ou consommée par l’entreprise et n’est pas connectée au réseau. Prévoir un groupe électrogène s’il n’y a pas de soleil pendant une certaine période.
  • Autoconsommation : L’installation est connectée au réseau et alimente un bâtiment. Lorsque la production ne suffit plus le réseau électrique prend la main.
  • La revente de la production : l’entreprise peut revendre son surplus ou l’intégralité de sa production à un opérateur. Cette méthode est plus courante car le prix de revente de la production est supérieur au prix de base du kW. (Voir plus bas)

Les installations photovoltaïques peuvent être intégrées au bâti : c’est à dire qu’elles font partie du toit.

Elles peuvent aussi être soumises à une intégration simplifiée au bâti, elles recouvrent alors le toit sans en faire partie.

Placer les panneaux

  • La meilleure orientation est vers le sud avec une pente équivalente à la latitude de la localisation de l’entreprise.
  • De plus un panneau installé horizontalement sera plus efficace en été qu’en hiver et inversement pour un panneau installé verticalement.
  • Eviter toute zone d’ombre même si touche que partiellement le panneau photovoltaïque. (arbre, antenne, cheminée…)

L’ensoleillement

  • Il varie d’une saison à l’autre et donc la production aussi.
  • Il faut donc connaitre l’ensoleillement de la région mais aussi ses variations.
  • Faire faire une étude par un professionnel.

Réglementation et autorisations :

Autorisation : Peuvent être prises en charge par l’installateur.

Les panneaux sont intégrés au permis de construire ou font l’objet d’une déclaration préalable de travaux. S’ils sont au sol et de moins de 3kW aucune déclaration n’et nécessaire.

L’installation peut être refusée si elle se situe dans une zone protégée, si elle est près d’un site classé historique il faut consulter le plan des servitudes.

(Environ 2 mois pour les procédures)

Assurance : une assurance de responsabilité civile est obligatoire. Certaines compagnies proposent une compensation suite à des pertes de production.

Connecter l’installation au réseau
Demande à faire à ERDF. Pour les installations de plus de 9 kW une preuve que l’entreprise possède les moyens financiers nécessaires à la construction de l’installation doit être fournie.

Mise en œuvre et installation des panneaux solaires

Choisir son installateur

Afin d’éviter tout conflit avec l’installateur il existe des labels :

  • Le label Quali’PV : référence qualité, l’installateur est « reconnu garant environnement »
  • La marque AQPV : délivrée par l’Etat, c’est une reconnaissance de la qualité et une garantie de l’assistance du fournisseur lors de l’installation et en cas de matériel défaillant.

 

Contrôle et suivi de l’installation de panneaux solaires

Un contrôle de conformité est obligatoire : l’installateur fournit une attestation de conformité qu’il faut ensuite faire évaluer par le Consuel (Comité National pour la Sécurité des Usagers de l’Electricité : il a une mission d’attestation de la conformité des installations électriques des bâtiments) qui validera ou non et fera si c’est nécessaire une vérification sur place.
L’attestation est faite par un organisme d’inspection agréé, et non l’installeur, pour les installations d’une puissance de plus de 200 kW et les bâtiments soumis à des réglementations particulières.

 

Configuration générale d’une installation

L’installation est composée de :

  • Un ou plusieurs panneaux solaires produisant un courant continu (fonctionne par m²)
  • Un contrôleur (regroupe les sorties des panneaux)
  • Un interrupteur de sécurité
  • Des câbles
  • Un onduleur (transforme le courant continu en courant alternatif)
  • Un boitier d’information et de gestion du système (pas obligatoire)

D’autres éléments sont à prendre en compte en fonction du type d’installation :

  • Batteries (installation isolée et en autoconsommation)
  • Source d’électricité d’appoint: groupe électrogène  (installation isolée)
  • Boîtier de délestage et de sélection de source (installation en autoconsommation et de revente du surplus)
  • Compteur: d’autoconsommation (revente de l’excédent de production), de production (revente du surplus et revente totale de la production), de non consommation (revente totale de la production)
  • Interface de consultation de la production mensuelle : afin de contrôler la production par rapport à la production estimée. Pour une grande installation une entreprise spécialisée peut s’en charger.

Deux branchements nécessaires :

  • un branchement consommation et un branchement production composés respectivement d’un et de deux compteurs grâce auxquels EDF calcule la quantité de la production à racheter.
  • Un onduleur de bonne qualité est nécessaire.

 

Améliorations complémentaires

Installer un parafoudre avec un (déconnecteur pour son entretien) en plus permet de protéger l’installation.

Pour les grandes installations un système de supervision et de contrôle est recommandé. Il mesure la puissance des panneaux et des modules, la production cumulée. Il détecte aussi, localise et alerte en cas de pannes.

 

Quelques idées de prix

Le prix d’une installation

  • Panneaux : entre 3 et 6 € HT par Wc installé (Wc : Watt-crête, la puissance maximale du dispositif)
  • Onduleur : de 0,5 € à 1 € HT par Wc installé
  • Pose : à partir de 2000 € HT
  • Raccordement au réseau : entre 1000 et 1500 € HT
  • Démarches administratives : au moins 200 euros
  • Assurance Responsabilité Civile : Entre 0 et 300 euros par an.
  • Maintenance : remplacement de l’onduleur tous les 10 ans, nettoyage régulier des panneaux.
  • Les compteurs pour la revente de production sont loués à environ 50 euros par an.

Batteries de plomb : 150 € HT par kWh et peuvent durer de 10 à 20 ans.

 

Les subventions

Il existe de nombreuses aides et subventions pour les entreprises, elles ont pour la plupart proposées par les collectivités territoriales et leur montant et durée sont déterminés par les autorités locales.

 

Entretien des panneaux photovoltaïques

  • Nettoyer les panneaux plusieurs fois par an afin de conserver une production optimale.
  • Remplacer l’onduleur tous les 10 ans

 

Revente de la production

  • Un contrat est fait avec EDF qui récupère au préalable le dossier par ERDF. Le contrat à une durée de 20 ans à partir de la demande de raccordement au réseau, le prix d’achat est garanti pendant ces 20 ans.
    Pour gérer le contrat :    http://www.edf-oasolaire.fr/login.action.
  • Les tarifs d’achat de votre production : les tarifs change à chaque trimestre.

 

Panneaux photovoltaïques

Mais EDF n’achète pas plus que l’équivalent de 1 500 h de pleine production par an au prix de base. Ce qui n’en fait pas parti est considéré comme surplus et donc moins rémunérant.

 

Lien avec d’autres thèmes

 

ADICI vous accompagne pour la gestion des projets de déménagement ou de réimplantation d’entreprise depuis plus de 12 ans : www.adici.fr

 

Sources :

http://panneaux-photovoltaiques.quotatis.fr/conseils/photovoltaique-compteur/

https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/l-energie-de-a-a-z/tout-sur-l-energie/produire-de-l-electricite/le-solaire-photovoltaique-en-chiffres

http://www.photovoltaique.info/

http://www.greenvivo.com/fr/guide/le-solaire-photovoltaique-pour-les-entreprises-quelle-rentabilite_10/4

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *